Construction, rénovation, aménagement & décoration | Maison & appartement

La construction passive : définition, avantages et labels

Construire passif est un concept qui gagne un peu plus de terrain chaque année. Pour des raisons environnementales mais aussi pour l’aspect performance ou économique, les maisons passives sont les habitations de demain. Alors quels sont les avantages des bâtiments passifs, leur labellisation, ou encore leur méthode de construction ?

Qu’est-ce qu’un bâtiment passif ?

La Fédération Française de la Construction Passive définit la maison passive comme un concept au sens large de la construction très basse consommation (voir le standard passif). Ces bâtiments sont conçus et implantés pour capter le plus possible de chaleur solaire tout en évitant les surchauffes l’été.

Ce concept s’appuie donc sur l’architecture bioclimatique. Afin de limiter les déperditions thermiques, les murs, les planchers et les toits sont très isolants et très étanches. Les ponts thermiques sont également fortement réduits ou alors supprimés. La ventilation contre flux à récupération de chaleur doit permettre le maintien de température de l’habitation et garantir la qualité de l’air. Grâce aux constructions passives, il est possible d’atteindre le seuil de conformité des besoins en chauffage.

Quels sont les avantages d’une maison passive ?

Les avantages d’une maison passive sont nombreux.

  • Plus de luminosité.
  • Plus de confort hiver comme été.
  • Des températures homogènes.
  • Des économies sur les factures énergétiques.
  • Un retour sur investissement généralement inférieur à 20 ans.
  • Évidemment, un pas écologique en faveur de la protection des ressources terrestres.

Quelle labellisation pour une construction passive ?

C’est le label allemand « Bâtiment Passif Classique » qui est devenu le standard européen. Ce label est caractérisé par un besoin de chauffage inférieur ou égal à 15 kWh/m2/an d’énergie finale, et de 120 kWh/m2/an pour l’énergie primaire totale consommée. L’étanchéité de l’air répond à la norme de 0,6 vol/h à n50. En 2015, le label a été complété par les catégories Plus et Premium qui prennent en considération les énergies renouvelables.

Un label est également dédié à la rénovation passive des bâtiments anciens, il s’agit du label EnerPHit.

Et pour préparer la future réglementation thermique de 2020 concernant les bâtiments à énergie positive, le gouvernement a lancé le label « E+-C- » fin 2016, qui est à ce stade encore en expérimentation.

Quelle méthode de construction pour un logement passif ?

Aucune méthode de construction n’est préconisée par la Fédération Française de la Construction Passive, tant que ces dernières répondent bien aux normes européennes des labels en question, quel que soit le matériaux utilisé (bois, béton… etc).

La construction passive : définition, avantages et labels

Laisser un commentaire

Fermer le menu